Le débat à la commission des affaires juridiques du Conseil des Etats

Mise à jour le 23 novembre 2020. Le débat au Conseil des Etats aura lieu le 1er décembre 2020. N'hésitez pas à écrire aux Conseillers (en cliquant sur les photos).


Par 7 voix contre 6, la Commission des affaires juridiques du Conseil des Etats refuse de soumettre au peuple la question du mariage pour tous.

Le 23 novembre 2020.

Monsieur le Conseiller,
Madame la Conseillère,

Par 7 voix contre 6, la Commission des affaires juridiques du Conseil des Etats a refusé de soumettre au peuple la question du mariage pour tous.

Parce qu’elle touche à la famille, la question du mariage concerne chaque citoyen. Ne pas vouloir soumettre au peuple une question aussi essentielle est extrêmement grave, c’est une remise en cause fondamentale de la démocratie. En tant qu’élus, vous déniez à vos propres électeurs le droit de se prononcer. Une chose est certaine, quelle que soit leur opinion sur la question, vos électeurs vous en tiendront grief.

En vue de la votation du 5 juin 2005 sur le partenariat, Anne-Catherine Menétrey-Savary, conseillère nationale (Les Verts), membre du comité interpartis « Oui au partenariat enregistré », disait : « Le partenariat est un statut, un état civil, dont les effets sont comparables à ceux du mariage. Il est donc judicieux que ce statut soit destiné aux couples homosexuels. »[i] Comment se fait-il qu’en 2013 (date du dépôt de l’initiative 13.468), c’est-à-dire seulement 8 ans plus tard, ce même partenariat soit devenu caduque ? Les politiques de 2005 se sont-ils trompés ? Ou bien ont-ils menti au peuple ? Ou est-ce alors la « famille » homosexuelle qui devient lunatique ?

Mme Menétrey-Savary ajoutait dans son discours : « l’interdiction de l’adoption et de la fécondation in vitro, dans les circonstances présentes, nous paraît raisonnable. »[ii] Huit ans plus tard, tout vole en éclat : la procréation médicalement assistée est servie aux lesbiennes ! Est-ce donc là, le rêve de la société durable qui nous est servi par la gauche ?

A quand le plat principal du « mariage » homosexuel : la gestation pour autrui ? A quand la légalisation des « mères porteuses », des femmes réduites à du bétail pour porter les futurs enfants pour riches homosexuels occidentaux ? Dans deux législatures aussi ?

J’entends déjà vos cris d’orfraie : « Non, non ! Jamais nous ne tolérerons cela ! » Mais dans huit ans, vos successeurs s’appuieront sur votre lâcheté d’aujourd’hui pour avancer plus loin dans l’horreur de l’esclavagisme humain.

Les enfants ne se fabriquent pas dans des laboratoires ni dans des fermes. Il faut un homme et une femme pour faire un enfant, de préférence un homme et une femme qui s’aiment : ça s’appelle le mariage bio. Etrange que Les Verts ne veuillent pas du naturel !

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Conseiller, Madame le Conseiller, l’expression de mes sentiments distingués.

Olivier Dehaudt
directeur de la Fondation pour la Famille


[i] « Le partenariat est un statut, un état civil, dont les effets sont comparables à ceux du mariage. Il est donc judicieux que ce statut soit destiné aux couples homosexuels. Nous aurions également souhaité que la loi reconnaisse plus clairement que les couples homosexuels forment aussi une famille, dans la mesure où un tiers d’entre eux vivent avec les enfants d’une précédente union hétérosexuelle. Mais nous nous sommes assurés que la loi permet au ou à la partenaire du parent biologique de partager la responsabilité éducative et d’obtenir un droit de visite en cas de séparation. Dans ce cas, l’interdiction de l’adoption et de la fécondation in vitro, dans les circonstances présentes, nous paraît raisonnable. »

Anne-Catherine Menétrey-Savary, conseillère nationale, les Verts, membre du comité interpartis « Oui au partenariat enregistré », en vue de la votation du 5 juin 2005.

[ii] Idem

Les Conseillers qui n'ont pas voulu que le peuple vote sur ce sujet

Les Conseillers en faveur du vote

Me priver de mon papa???